Top 8 des meilleures voitures de Pikes Peak

top 8 des meilleures voitures de pikes peak
4.9/5 - (193 votes)

L’édition 2023 de la plus grande course de côte au monde est maintenant derrière nous, alors quelle meilleure excuse pour jeter un coup d’œil au top 8 des meilleures voitures de Pikes Peak de tous les temps.

Au fil des ans, la course de côte de Pikes Peak nous a offert certaines des voitures modifiées les plus folles et les plus créatives. En prévision de l’épreuve de force de cette année, nous avons remonté le cours de l’histoire pour découvrir les monstres les plus cool et les plus fous qui aient jamais escaladé la célèbre montagne du Colorado. 

Mais avant d’en arriver là, nous devrions vous donner quelques informations de base, au cas où vous ne connaîtriez pas encore ce genre de course de côte…

Qu’est-ce que Pikes Peak ?

Organisée depuis 1916, la course de côte de Pikes Peak est une course automobile dont l’objectif est simple : atteindre le sommet de Pikes Peak plus rapidement que n’importe qui d’autre. À l’origine, Spencer Penrose a lancé l’événement pour attirer les visiteurs sur la Pikes Peak Highway nouvellement construite, dans l’espoir de promouvoir le commerce dans les localités environnantes desservies par la route.

Cependant, même lui ne pouvait prédire le succès de l’initiative. En fait, le contre-la-montre annuel s’est avéré si populaire qu’il a survécu à Penrose lui-même, ne s’interrompant que pendant les deux guerres mondiales. Il s’agit donc du deuxième plus ancien événement de sport automobile des États-Unis, et il attire aujourd’hui le regard d’un public international.

Compte tenu de sa stature dans le paysage automobile, Pikes Peak est devenu un pèlerinage annuel pour les constructeurs automobiles et les préparateurs, chacun arrivant dans le but de surpasser l’autre avec des machines plus rapides et plus folles. Ce n’est pas que nous nous en plaignions…

Quoi qu’il en soit, maintenant que vous êtes au courant, voici une sélection des meilleures voitures de Pikes Peak auxquelles nous avons pensé.

Volkswagen ID.R

volkswagen id.r pikespeak

Nous commençons par l’une des grosses cylindrées. Vous avez certainement vu la Volkswagen ID.R en ligne à un moment ou à un autre. Conçu pour promouvoir la future (et actuelle) gamme de véhicules électriques ID de VW, l’ID.R était spécial.

Présentée en 2018, VW a créé l’ID.R avec l’intention de simplement battre le record de temps pour une voiture électrique. Cependant, lorsque le légendaire pilote automobile français Romain Dumas s’est installé sur le siège du conducteur, ce n’est pas seulement le record électrique qui est tombé, mais aussi le record général. En effet, la Volkswagen ID.R a été la première voiture à gravir Pikes Peak en moins de huit minutes, 7:57.148 pour être précis.

Après ce succès retentissant, l’ID.R a effectué quelques autres sorties en compétition, notamment à Goodwood et au Nürburgring Nordschleife. Fait remarquable, elle a également pulvérisé le record de vitesse en côte et de tours sur ces deux sites.

Comment est-elle si rapide ? La ID.R utilise deux moteurs électriques qui envoient instantanément 680 ch aux roues. Ce n’est pas insensé selon les normes modernes, mais si l’on considère que son aérodynamisme extrême a été conçu par les spécialistes de la performance Norma et qu’elle ne pèse que 1100 kg, les choses commencent à prendre un peu plus de sens. Pour vous donner une idée de la rapidité de cet engin, il suffit de 2,25 secondes pour atteindre la vitesse de 100 km/h à partir de l’arrêt.

Malheureusement, Volkswagen a mis fin à ses activités de sport automobile au début de la nouvelle décennie. Pour l’instant, l’ID.R profite d’une retraite bienheureuse en tête des classements chronologiques dans le monde entier.

Peugeot 208 T16 Pikes Peak

peugeot 208 t16 pikes peak

Avant Dumas et son ID.R, le record absolu de la course de côte de Pikes Peak a été détenu pendant une demi-décennie par une autre légende française du sport automobile : Sébastien Loeb.

Sébastien Loeb a remporté neuf fois le championnat du monde des rallyes de la FIA, un exploit que personne d’autre dans l’histoire n’a pu égaler. Aussi, lorsque Peugeot a décidé de se lancer dans la « Course aux nuages » avec sa 208 T16 sur mesure, il s’est imposé comme l’homme de la situation.

Quoi qu’il en soit, un pilote spécial a toujours besoin d’une voiture spéciale, et Peugeot a certainement servi Loeb avec une bonne voiture. Développant 875 ch avec son V6 3,2 litres et ne pesant que 875 kg, la 208 T16 Pikes Peak avait un rapport poids/puissance de 1016 ch/tonne. Pour donner un ordre d’idée, c’est le double de la puissance d’une Bugatti Veyron.

Les autres caractéristiques sont tout aussi stupéfiantes. Le 0-62mph est atteint en seulement 1,8 seconde et, comme vous pouvez vous en douter, son train roulant ne ressemble en rien à une 208 ordinaire. Au lieu de cela, elle est remplie des mêmes pièces de châssis que celles utilisées dans le prototype 908 HDI de Peugeot, vainqueur au Mans !

Article lié :  Location de voiture de rallye

Le résultat de leur tentative de 2013 a été un nouveau record de 8:13,878 minutes, pulvérisant la référence précédente de plus d’une minute. C’est fou…

Audi Quattro S1 Pikes Peak

audi s1 quattro pikes peak

Si vous êtes un habitué des rallyes, vous savez que les voitures du Groupe B des années 1980 étaient carrément mortelles dans le meilleur des cas. Cela n’a pas empêché Audi de pousser sa révolutionnaire S1 Quattro encore plus loin lorsqu’il s’est agi de s’attaquer à Pikes Peak.

En se basant sur la voiture de rallye maniaque, Audi a abaissé le poids en ordre de marche à seulement 998 kg, puis a déplacé la masse pour créer une répartition 50:50 presque parfaite. En ce qui concerne les dispositifs aérodynamiques, la S1 a été dotée d’une inclinaison plus agressive, tandis que la carrosserie est devenue carrément extravagante, incorporant même un aileron arrière à deux étages.

Le turbocompresseur placé sous le capot est également beaucoup plus grand que celui de la Quattro en WRC, ce qui permet d’obtenir une puissance d’environ 750 ch avec le moteur à cinq cylindres. Walter Röhrl a gravi la montagne en 10:47,850 minutes, ce qui, à l’époque (1987), était le temps le plus rapide jamais réalisé. Après coup, il a décrit l’accélérateur comme un « interrupteur ». C’est plutôt louche…

Peugeot 405 T16 GR Pikes Peak

peugeot 405 t16 gr

Même avant le succès de Loeb et de la 208, Peugeot avait une riche histoire de compétition à Pikes Peak. Tout a commencé dans les années 80, à l’époque du Groupe B. Après avoir bataillé ferme avec Audi en WRC, Peugeot modifie sa 205 pour continuer à affronter la S1 Quattro sur la montagne. Cette fois-ci, la marque française a perdu face à la marque allemande, mais cela n’a pas empêché Peugeot de revenir à Pikes Peak, même après qu’Audi soit passé à autre chose.

En effet, le principal reproche fait par Peugeot à sa 205 dans ce contexte était l’empattement. Intérieurement, ils comprenaient que la 205 était trop courte pour être vraiment compétitive sur le circuit de Pikes Peak. Heureusement, la berline 405, plus longue, était sur le point d’entrer en production à la fin des années 1980, donnant à Peugeot Talbot Sport la nouvelle plate-forme parfaite (et l’excuse marketing) pour donner une nouvelle chance à Pikes Peak.

En fin de compte, leurs efforts ont été récompensés. En 1988, Ari Vatanen a réalisé un temps de 10:47.220 – suffisant pour éclipser de moins d’une seconde la tentative de Röhrl avec Audi l’année précédente. Robby Unser, quant à lui, a remporté deux victoires consécutives à Pikes Peak avec la 405, en s’imposant à son tour avec la voiture 12 mois plus tard.

Pour beaucoup, la 405 T16 est peut-être l’une des voitures de Pikes Peak les plus reconnaissables de tous les temps, ce qui a sans doute été facilité par le court métrage de Jean-Louis Mourey, « Climb Dance », qui met en scène la course de Vatanen sur la colline. Même si vous n’avez pas vu ce film en connaissance de cause, il est fort probable que vous en ayez vu des extraits utilisés ailleurs, tant il est important.

Bentley Continental Pikes Peak

continental gt3 pikes peak

Confort, élégance, sophistication. Voilà le genre de mots qui viennent à l’esprit lorsque l’on évoque le nom de Bentley. Vous vous demandez peut-être pourquoi ils ont décidé d’équiper une Continental d’un kit de carrosserie très peu sophistiqué et de la lancer à l’assaut d’une montagne…

Eh bien, bizarrement, la réponse est la durabilité. En effet, cette Continental fait partie d’un programme de recherche et de développement plus large de Bentley, destiné à mieux comprendre les carburants renouvelables. Comme c’est de plus en plus souvent le cas de nos jours, Bentley reconnaît qu’un avenir plus respectueux de l’environnement ne reposera pas uniquement sur l’électrification. La société espère donc que les carburants de combustion renouvelables constitueront un deuxième volet de la solution, ce qui se traduit par diverses créations de mulets d’essai telles que celle-ci.

La voiture elle-même est en fait basée sur l’une des anciennes voitures de course GT3 de Bentley, plutôt que sur une Continental de route. Dès le départ, il s’agissait donc d’une voiture sérieuse. Cependant, afin de s’attaquer à l’éprouvante course de côte, Bentley a augmenté la puissance de son V8 de 4,4 litres à 750 ch. Pour ce faire, les pistons et les bielles ont été renforcés, et une paire de turbos massivement surdimensionnés a été ajoutée, avec une soupape de décharge externe se déversant dans des tuyaux de sortie latérale. Cela ne ressemble pas du tout à une Bentley.

Sur le plan de la tenue de route, cette grosse barge bénéficie d’une force d’appui supérieure de 30 % à celle d’une Continental GT3 de course normale, et les essieux avant et arrière ont un carrossage considérablement réduit pour améliorer les performances de la voiture dans les virages à basse vitesse. Il est peut-être surprenant de constater que cette bête roule également avec les ressorts et les barres antiroulis les plus souples que Bentley ait pu se procurer. Habituellement, cela serait contre-intuitif avec une voiture de performance, mais Bentley espérait donner à cette voiture de course de Pikes Peak *plus* de roulis, soi-disant pour utiliser le début du transfert de poids lors du freinage. Voilà de quoi faire réfléchir les magiciens de la configuration automobile…

Article lié :  Comment devenir pilote de rallye ?

Banks Power Freightliner Cascadia

freightliner cascadia

D’accord, celui-ci n’est techniquement pas une voiture à proprement parler, mais il est tout de même épique et nous pensons qu’il a le droit de s’asseoir à la table.

Construit par le spécialiste américain des moteurs diesel Banks Power, ce Freightliner Cascadia développe une puissance de 2400 ch et un couple de 4000 lb-pi ! Et comme si cela ne suffisait pas, il dispose également d’une injection d’eau et de méthamphétamine d’une puissance de 400 ch si vous décidez d’avoir un peu plus d’énergie sur les lignes droites.

Naturellement, sous le capot, ce n’est pas un Cascadia ordinaire. Il est propulsé par un moteur Detroit Diesel Series 60 de 14 litres, accompagné d’un calculateur provenant du même atelier de tuning. Banks a ensuite ajouté son propre système « Super Turbo », composé d’une admission d’air à trois filtres, d’un surcompresseur Whipple à double vis de 8,3 litres, d’un turbocompresseur Borg Warner S510, et enfin de wastegates et de vannes de purge Tial. Une boîte automatique ZF à cinq vitesses et un différentiel Meritor ont ensuite la lourde tâche de transmettre toute cette puissance aux roues.

A vrai dire, chaque fois que l’on regarde ce camion, on découvre un petit détail intéressant. La cabine modifiée, par exemple, est partiellement construite à partir de la carrosserie d’un biplan, tandis que l’aileron arrière est une version modifiée du type d’équipement aérodynamique utilisé dans les courses Champ Car dans les années 90.

Bien qu’il s’agisse d’une initiative indépendante, il est clair que Freightliner a donné son aval au projet. En effet, une équipe d’ingénieurs Freightliner s’est portée volontaire pour construire le châssis principal et la cage de sécurité.

Hoonipigasus

hoonipigasus hrd

À l’autre extrémité du spectre de la construction, il y a ceci. La « Hoonipigasus » est basée sur la Porsche 912, beaucoup plus svelte, et a été construite par BBi Autosport pour le compte de la division Hoonigan de feu Ken Block.

Dotée d’une livrée qui rappelle les couleurs emblématiques de Porsche « pink pig » au Mans, cette 912 de 1966 (non, nous ne parlons pas de 911 – cherchez sur Google) a eu le cœur arraché chirurgicalement et remplacé par un six cylindres à plat biturbo de 4,0 litres conçu sur mesure. Le résultat ? 1400 chevaux.

Ces chevaux sont ensuite envoyés aux quatre coins de la voiture par l’intermédiaire d’un système de traction intégrale sur mesure. Dans un ensemble qui ne pèse que 1 000 kg, ces ingrédients devraient se traduire par des performances époustouflantes. Cependant, il ne faut pas croire que cette 912 a été conçue pour gravir les montagnes par la force. La suspension s’ajuste en fonction des relevés GPS. Essentiellement, en utilisant la télémétrie des courses précédentes de BBi, la Hoonipigasus peut automatiquement monter ou descendre sa suspension pour une performance optimale à chaque partie spécifique de la route sur le chemin de l’ascension.

Malheureusement, nous n’avons jamais pu voir comment toute cette théorie s’est traduite dans la réalité. Le moteur a explosé lors des essais de l’édition 2022 de Pikes Peak et, tragiquement, Block lui-même est décédé avant d’avoir pu faire un nouvel essai en 2023. Toutefois, en son honneur, Lia, la fille de Ken âgée de 16 ans, a conduit la voiture jusqu’au col de la montagne lors d’une course d’exhibition non chronométrée pleine d’émotion.

Suzuki V6 Escudo Pikes Peak Special

suzuki escudo

En voilà une pour la génération Gran Turismo.

Au fil des ans, Suzuki nous a offert des voitures de Pikes Peak tout à fait délirantes. Leur version la plus récente (très librement basée sur la SX4) est ma préférée, mais c’est l’ancienne Escudo qui fait vibrer la corde sensible de la plupart des gens.

Pourquoi ? C’est l’une des nombreuses voitures japonaises obscures à avoir acquis une notoriété de niche grâce à la série de jeux vidéo Gran Turismo® et, heureusement, la réalité de l’Escudo Pikes Peak est à la hauteur de sa légende culturelle.

Conçue pour promouvoir les prouesses tout-terrain de la gamme de petits SUV de Suzuki, cette silhouette de course des années 90 aux ailes arrondies développait près de 1 000 ch grâce à son V6 biturbo positionné au centre et hautement modifié. L’aérodynamique digne d’un dessin animé était donc aussi nécessaire qu’impressionnante, et au final, l’Escudo a atteint le sommet en 10 minutes et 21 secondes. Impressionnant, mais pas vraiment un record.

Suzuki et son pilote Nobuhiro Tajima finiront par s’emparer du record absolu avec la SX4 au début des années 2010, mais Peugeot ne tardera pas à revenir sur le devant de la scène…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *