Achat de véhicules neufs : les mauvaises surprises des assurances affinitaires

Achat de véhicules neufs les mauvaises surprises des assurances affinitaires
4.2/5 - (189 votes)

Lors de l’achat d’un véhicule neuf, les distributeurs ont tendance à inclure des services optionnels ou « packs de services » au moment de la livraison. Avec parfois des garanties d’assurance automatiquement associées à ces produits ou services, comme pour le gravage des vitres. Des « assurances affinitaires » qui ont évidemment un coût, mais dont le bénéfice est très discutable et dont l’automobiliste a souvent été mal ou peu informé. Attention aux pièges !

L’assurance est indissociable de l’achat d’une automobile neuve. C’est aussi un poste de dépense conséquent pour le nouveau propriétaire. Ce qui justifie, dans la plupart des cas, une évaluation préalable et un examen comparatif entre les différentes offres des assureurs. Sauf lorsque les garanties sont automatiquement incluses dans le contrat de vente du véhicule par les vendeurs, dans le cadre des « frais de préparation » ou « packs de services » qui intègrent alors ce que l’on appelle des « assurances affinitaires ». Ces garanties sont associées à un produit ou un service pour le protéger contre divers risques (casse, perte, vol, annulation…).

Le gravage des vitres, généralement présenté comme une bonne solution pour se prémunir du vol de son véhicule, constitue certainement un exemple très utilisé par les concessionnaires. Tout d’abord, le gravage permet d’identifier un véhicule volé uniquement s’il est retrouvé. Il fait partie de ces services associés à une assurance affinitaire, puisqu’il implique la souscription d’une garantie automatique renouvelable chaque année pendant six ans, c’est-à-dire durant toute la durée d’enregistrement du numéro des vitres de l’automobile sur le fichier Argos (accessible aux autorités de police). 800.000 véhicules sont concernés chaque année par ce gravage des vitres, soit près de la moité des voitures particulières neuves vendues en 2023.

Article lié :  7 Symptômes d'un boîtier papillon défectueux ou défaillant

Un véritable défaut d’information de la part des vendeurs et des assureurs

Pourtant, nombre d’automobilistes n’ont même pas conscience de souscrire à cette assurance affinitaire au moment de l’achat de leur voiture, alors même que le gravage des vitres n’est pas obligatoire même si certains contrats d’assurance peuvent l’exiger pour bénéficier de la couverture contre le vol du véhicule.

La forte fréquence de cette opération optionnelle s’explique en partie par un défaut d’information des réseaux de distribution automobiles, comme l’a souligné une enquête de la DGCCRF rendue publique au printemps 2023 sur les pratiques commerciales des vendeurs de véhicules en France. Deux tiers des concessionnaires automobiles contrôlés seraient ainsi en porte-à-faux avec la réglementation sur l’information des consommateurs.

Ce manque d’information favorise le marché du gravage des vitres, qui générerait 320 millions d’euros par an, en cumulant les coûts d’assurance et de gravage. En revanche, cette pratique est une source de mécontentement pour l’assuré qui n’en a pas été correctement informé, et qui en prend parfois vraiment conscience quand il reçoit la demande de renouvellement de sa cotisation annuelle indispensable au maintien de l’enregistrement dans le fichier Argos… c’est-à-dire un an après l’acquisition de son véhicule !

Les assureurs sont d’ailleurs particulièrement discrets sur le coût de ce dispositif. Si la plupart des compagnies d’assurance indiquent volontiers sur leurs sites les tarifs de gravage (entre 80 et 150 €, selon les prestataires) et l’inscription sur le fichier Argos qui s’ensuit, le prix de la cotisation annuelle n’est jamais ouvertement annoncé. Les seules informations précises sur le sujet apparaissent sur les forums de discussion spécialisés, où les commentaires témoignent souvent d’ailleurs d’un mécontentement des automobilistes au sujet du ton parfois menaçant des lettres de relance pour le paiement du renouvellement de cette garantie au coût de 9 euros en moyenne.

Article lié :  Quel kilométrage pour changer la courroie de distribution Clio 4 Renault ?

Une efficacité douteuse pour lutter contre le vol des véhicules

L’agacement des automobilistes concernés vient aussi de l’efficacité contestable du gravage des vitres pour lutter contre le vol des véhicules. Car, s’il permet d’identifier une voiture volée, ce système n’augmente pas les probabilités de la retrouver. Rien, de fait, ne le démontre. Surtout pour ce qui concerne les modèles haut de gamme, qui ne réapparaissent généralement pas, et sont très rapidement expédiés vers le Maghreb ou les pays de l’est de l’Europe… préalablement dépouillés de leur numéro de châssis et de leurs vitres d’origine.

Dans tous les cas, le nombre d’automobiles récupérées après un vol reste faible en France : moins d’une voiture sur deux (45,1 %) seulement inscrites dans le fichier Argos a été retrouvée en 2022. Un faible taux qui ne plaide pas en faveur du gravage. C’est pourquoi certains acteurs du secteur se lancent dans la vente de puce RFID. Un gadget au regard de son utilité réelle, mais qui a pour intérêt de rassurer l’automobiliste et de pérenniser la logique de l’assurance affinitaire pour l’entreprise vendeuse. Il est ainsi plus intéressant de regarder du côté des traceurs capables de localiser le véhicule où qu’il se trouve (et même hors de portée du réseau) pour avoir de fortes chances de retrouver son bien dans de très brefs délais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *