La Force G en F1 expliquée

force g en f1
4/5 - (146 votes)

La force G est un élément important de la Formule 1. Il s’agit d’un phénomène naturel qui suit les lois de la physique, mais si les pilotes ne préparent pas leur corps à cette force, ils auront du mal à courir à un haut niveau. Voyons donc ce qu’est la force G et quelle est son influence sur la Formule 1.

La force G est la force exercée par l’attraction terrestre sur le corps. Cependant, nous ne la ressentons que lorsqu’une force mécanique (comme le freinage d’une voiture de F1) exerce une force sur notre corps. En effet, la force de gravité résiste à la force mécanique, d’où la sensation d’être poussé.

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

La force G est souvent ressentie lors d’une accélération ou d’une décélération rapide pendant une course de F1, comme lorsque le pilote freine dans un virage. Voyons donc plus en détail ce qu’est la force G et comment les pilotes de Formule 1 la gèrent pendant une course.

Qu’est-ce que la force G ?

Avant de l’examiner plus en détail dans le contexte de la F1, il convient de définir ce qu’est la force G, afin de mieux la comprendre.

Le terme force G vient de l’équivalent de la force gravitationnelle. Selon la définition du dictionnaire, il s’agit essentiellement de la force de gravité ou d’accélération sur un corps. La force G produit indirectement le poids, que le corps ressent à grande vitesse lors d’une accélération ou d’une décélération rapide. Nous ne pouvons ressentir la force G que par le biais de forces mécaniques, car la force G est la résistance de la force gravitationnelle standard de la Terre à la force mécanique.

Dans la vie de tous les jours, nous ne sommes pas soumis à une force G extrême, mais vous pouvez la ressentir si vous accélérez rapidement en conduisant et que vous vous retrouvez « poussé » dans votre siège. Cependant, certaines personnes, comme les pilotes de F1 et les pilotes de chasse, la ressentent beaucoup plus régulièrement en raison de la vitesse élevée à laquelle ils se déplacent. Dans la prochaine section, nous examinerons donc la force G dans le contexte de la F1.

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

La force G en F1

Dans la pratique, la force G joue un rôle important en Formule 1. Les forces massives exercées sur le corps le mettent à rude épreuve. Dans les virages et lors des freinages rapides, le corps a tendance à bouger beaucoup et le cou lutte pour maintenir la tête en l’air. Les genoux et le tronc du conducteur ont également tendance à se déplacer dans la direction où la voiture tourne.

Il est utile de penser à cela si vous avez déjà été sur des montagnes russes rapides. Lorsqu’elles tournent brusquement ou s’arrêtent rapidement et que vous sentez que votre corps est repoussé dans le siège ou qu’il s’étire contre les sangles ou le support, c’est parce que vous ressentez la force g. Les pilotes de Formule 1 éprouvent une sensation très similaire dans une voiture de F1. La différence, c’est qu’ils doivent endurer plus de 50 tours de piste et qu’ils conduisent une voiture qui peut atteindre une vitesse d’environ 320 km/h. Ils doivent donc garder le contrôle à tout moment.

Article lié :  Découvrez ce qu'est le Halo en Formule 1

Quelle est la force G subie par les pilotes de F1 lors d’une course ?

Au cours d’une course de F1 normale sans accident, les pilotes de F1 subissent jusqu’à 5 G. Cela signifie que leur corps est soumis à 5 fois plus de force G que la normale. Cela signifie que leur corps est 5 fois plus lourd que leur masse normale. À titre de comparaison, dans une voiture de route rapide prenant un virage, vous subissez une force de 1 à 1,5 G. En cas d’accident grave, jusqu’à 60 G peuvent être exercés sur le corps du pilote, ce qui explique pourquoi les pilotes de F1 doivent être protégés dans leur cockpit. Si la cellule de survie de la voiture de F1 n’était pas aussi sûre qu’elle l’est devenue, beaucoup plus de pilotes mourraient dans les accidents dont ils sortent indemnes.

Comment les pilotes de F1 gèrent la force G

La force G exercée sur le corps d’un pilote de Formule 1 pendant une course est énorme. La charge la plus importante est placée sur le cou et le tronc, et ces parties du corps doivent donc être particulièrement solides. Comme vous pouvez l’imaginer, il n’est pas très agréable de ne pas pouvoir voir correctement pendant que l’on fonce dans un virage au volant d’une voiture de F1, c’est pourquoi on insiste beaucoup sur le renforcement du cou en F1.

Comment les pilotes de F1 renforcent-ils leur cou ?

Les pilotes de F1 peuvent faire toutes sortes d’exercices différents pour renforcer leur cou. Ils peuvent par exemple suspendre leur tête sur le côté d’un lit et la déplacer, ou appliquer une charge sur le cou. Dans ce dernier cas, l’entraîneur du pilote suspendra une petite plaque de poids au cou du pilote de manière contrôlée alors que celui-ci est allongé, ou bien il tirera sur une bande attachée à la tête du pilote, qui devra résister.

Selon presque tous les pilotes de F1, l’entraînement du cou est l’un des exercices les plus inconfortables qu’ils aient à faire. Mais, malheureusement pour eux, sans un cou solide, ils n’auront aucune chance dans une voiture de Formule 1 aux vitesses auxquelles ils courent.

Comment les pilotes de F1 renforcent-ils leur tronc ?

Il est également très important pour les pilotes de F1 d’avoir un tronc solide, car cela les aide à garder leur corps centré dans leur siège. Un tronc solide est essentiel pour la même raison qu’un cou solide. Sans cela, les pilotes ne pourront pas contrôler correctement leur voiture, car leur corps ne sera pas dans la position optimale.

Les pilotes de Formule 1 peuvent renforcer leur tronc grâce à divers exercices. Il s’agit notamment d’exercices traditionnels comme les redressements assis, les abdominaux normaux, les abdominaux sur bicyclette et la planche. Ces exercices doivent être effectués régulièrement pour améliorer la force du tronc.

Article lié :  Le DRS en F1 : explications

Comment les pilotes de F1 peuvent-ils contrer la force G ?

Heureusement, le corps du pilote n’est pas le seul à compenser la force G qu’il subit. Les pilotes sont attachés à l’aide de plusieurs ceintures de sécurité dans le cockpit de leur voiture. Bien que ce soit évidemment pour des raisons de sécurité, le fait d’être si étroitement attaché aide à contrer la force G, car le corps ne peut pas beaucoup bouger.

Les conducteurs peuvent également porter des genouillères et des coudières afin d’amortir leurs articulations et d’atténuer la pression exercée par la pression exercée sur les parois de l’habitacle. En effet, l’habitacle n’est pas rembourré, ce qui ajoute du poids à la voiture, et chaque petit détail compte sur une voiture de Formule 1.

Quelle est la plus grande force G ressentie en F1 ?

Ces dernières années, nous avons assisté à des accidents graves en Formule 1, où des pilotes ont percuté les barrières à grande vitesse. Certains de ces accidents ont été si graves que les pilotes se sont souvent retrouvés à l’hôpital (généralement par mesure de précaution). Cependant, les cas où les pilotes ont survécu ne sont que des cas isolés.

Il y a eu des cas où les pilotes ont subi plus de force G en F1 mais sont malheureusement décédés, ils n’ont donc pas été exclus de la liste. Voyons donc ce qui s’est passé lors de ces accidents et quelle a été la force G subie par les pilotes :

  • Romain Grosjean, Bahreïn 2020 : L’accident de Romain Grosjean lors du Grand Prix de Bahreïn 2020 est peut-être l’un des plus célèbres de l’histoire récente de la F1. Le pilote français a heurté les barrières à grande vitesse après avoir été accroché par Danil Kvyat au premier tour de la course. Lorsqu’il a heurté les barrières, il a ressenti 67g.
  • Max Verstappen, Silverstone 2021 : Dans ce qui a été le premier véritable accrochage entre les prétendants au championnat du monde 2021, Max Verstappen a fini par percuter les barrières dans le virage de Copse. Lewis Hamilton a accroché son pneu arrière au premier tour de la course, ce qui lui a fait subir 51g lorsqu’il a heurté la barrière du mur des pneus.
  • Ralf Schumacher, Indianapolis 2004 : Lors du Grand Prix des États-Unis 2004 organisé à l’Indianapolis Speedway, Ralf Schumacher a percuté les barrières à grande vitesse en raison d’une crevaison dans l’un de ses pneus. Il a heurté le mur à 330 km/h et a subi un choc de 78G, ce qui lui a causé deux fractures de la colonne vertébrale. Cela l’a empêché de piloter une F1 pendant 12 semaines, le temps qu’il se remette de l’accident.

Conclusion

La force G est un concept essentiel à comprendre en F1, car les pilotes doivent y faire face. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les pilotes de F1 subissent un entraînement physique aussi intense ; s’ils ne peuvent pas faire face à une force G élevée, ils ne sont pas en mesure de conduire leur voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *