Qualification en MotoGP : comment ça fonctionne ?

Qualification en MotoGP : comment ça fonctionne ?
4.4/5 - (130 votes)

Avant une course de MotoGP, les officiels de la course doivent s’assurer que chaque pilote se voit attribuer une position sur la grille de départ qui est déterminée par son niveau de pilotage. Comme les autres sports motorisés, à deux ou quatre roues, le MotoGP utilise un système de qualification pour déterminer la position de départ des pilotes. Ainsi, vous vous demandez peut être comment se déroule les qualifications en MotoGP.

Les qualifications du MotoGP se déroulent en deux sessions, Q1 et Q2. Les 10 pilotes les plus rapides des trois premières séances d’essais libres passent en Q2, tandis que les autres participent à la Q1. Les deux pilotes les plus rapides de la Q1 vont en Q2, où les 12 premières positions sur la grille (et la pole position) sont déterminées. La Q1 détermine les positions 13 et suivantes.

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

Le système actuellement utilisé a été introduit en 2013. Ci-dessous, nous examinons en détail le système de qualification actuel, tout en expliquant comment le processus fonctionnait auparavant. Mais d’abord, nous devons examiner le fonctionnement des séances d’essais libres du MotoGP.

Explication des séances d’essais libres du MotoGP

Lors des week-ends de course MotoGP, quatre séances d’essais libres sont organisées, appelées FP1, FP2, FP3 et FP4. Ces quatre séances ont lieu le vendredi et le samedi, à raison de deux par jour. Les meilleurs temps réalisés par les pilotes lors des séances FP1, FP2 et FP3, d’une durée de 45 minutes, détermineront la séance de qualification à laquelle ils participeront, les 10 plus rapides allant directement en Q2.

La séance d’essais libres 4 est une séance plus courte de 30 minutes qui est utilisée par les équipes de course pour faire les ajustements nécessaires sur les moteurs et les suspensions de leurs motos avant les qualifications plus tard dans la journée. Les séances d’essais libres sont également une excellente occasion pour les pilotes de se familiariser avec la piste et de mettre au point leurs réglages et leurs lignes de course. 

Le temps établi par le pilote le plus rapide au cours des trois premières séances d’essais libres est la norme à laquelle tous les autres pilotes sont évalués avant les qualifications. Pour qu’un pilote puisse participer aux qualifications et à la course, son meilleur temps ne doit pas être supérieur à 105% du temps du pilote le plus rapide (auparavant 107%). 

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

Article lié : Quelle est la voiture de sécurité en MotoGP ?

La règle des 105%

Par exemple, si le meilleur temps au tour réalisé par un pilote lors de l’une des quatre séances d’essais libres était de 1 minute 40 secondes (soit 100 secondes), un pilote doit réaliser au moins un temps au tour ne dépassant pas 1 minute 45 secondes (105 secondes) pour pouvoir participer aux qualifications et à la course. En effet, 105 % de 100 secondes correspondent à 105 secondes (1,05 x 100 = 105). 

La règle des 105 % est conçue pour empêcher les coureurs plus lents de participer à la course. Les coureurs lents sur la piste avec plus de 20 autres coureurs rapides sont une recette pour les incidents et les dangers inutiles. D’autres sports comme la F1 ont également une règle de 107% pour cette même raison. Le MotoGP a modifié la règle de 107 % à 105 % pour la saison 2022, car les temps de qualification sont désormais beaucoup plus rapprochés qu’auparavant.

Article lié :  Y-a-t-il des arrêts au stand en MotoGP ?

Exceptions à la règle des 105%

Il y a des exceptions à la règle, l’une d’entre elles étant que si un pilote remplaçant ne participe qu’à partir de la FP3 et ne parvient pas à réaliser un temps au tour en FP dans les 105% du temps le plus rapide, il pourra tout de même accéder à la Q1. Cependant, il doit réaliser un temps dans les 105% du temps le plus rapide de la Q1 pour être autorisé à courir. Il peut y avoir d’autres exceptions, notamment si les conditions de la piste changent (par exemple, si elle est très humide).

Les qualifications du MotoGP expliquées

Que signifient les Q1 et Q2 en MotoGP ?

Les Q1 et Q2 en MotoGP font référence aux deux tours de qualification. Elles sont parfois appelées Qualifying Practice 1 et Qualifying Practice 2 (QP1 et QP2). Les deux tours sont remplis par les pilotes en fonction de leur meilleur temps au tour lors des trois premières séances d’essais libres. 

Les dix pilotes les plus rapides iront directement en Q2, et les autres participeront à la Q1. Ces deux séances durent 15 minutes, et les pilotes doivent tenter de réaliser les meilleurs temps au tour possibles afin de déterminer leur position sur la grille de départ de la course. La Q1 précède la Q2, et les deux pilotes les plus rapides de la Q1 passent en Q2. Ceux qui ne font pas partie des deux premiers ont leur position sur la grille de départ déterminée par leur meilleur temps au tour.

Avec les positions de grille 13 et suivantes maintenant fixées, il y a une pause de 10 minutes avant le début de la Q2. Cette session a 12 pilotes qui se battent pour la pole position. Cette session détermine les positions de grille de 1 à 12. 

Comment les qualifications du MotoGP diffèrent-elles des autres sports automobiles ?

Les qualifications du MotoGP sont assez uniques dans la mesure où, pour participer à une séance donnée, il faut réaliser des chronos rapides lors des séances d’essais libres. La F1 a des séances d’essais, tout comme les séries américaines telles que NASCAR et IndyCar, et de nombreux autres sports mécaniques en ont également. Mais dans la plupart des cas, elles sont exactement ce qu’elles semblent être : des séances d’entraînement pour les pilotes.

De nombreux fans se demandent alors si ces séances d’entraînement valent la peine d’être regardées. En Formule 1, il n’est pas rare de voir certains pilotes manquer une séance d’entraînement ou ne faire que quelques tours. Bien qu’elles soient toujours importantes pour les pilotes et les équipes dans ces autres sports, le MotoGP contourne ce problème en incitant les pilotes à être performants lors des séances d’entraînement.

Une incitation pour les pilotes

Les pilotes doivent évidemment réaliser des temps au tour dans les 105% du meilleur temps des essais libres pour pouvoir participer aux qualifications. Mais en plus de cela, ils sont incités à réaliser des temps au tour compétitifs afin de participer à la deuxième des deux séances de qualification.

Si rien de dramatique ne se produit et que vous ne recevez pas de pénalités, si vous vous qualifiez pour la Q2, vous êtes assuré de ne pas partir plus loin que la 12e place sur la grille. En mettant en jeu deux places en Q2 lors de la Q1, le MotoGP incite les pilotes à essayer de réaliser des chronos rapides en Q1 afin de partir plus haut sur la grille. 

Article lié :  Remplacement de pare-brise à Compiègne

De plus, si vous arrivez en Q2, c’est une séance de moins à laquelle vous devez participer, ce qui signifie une séance de moins où vous pourriez être impliqué dans un incident. C’est aussi moins d’usure pour la moto, ce qui est toujours une bonne chose dans un sport aussi axé sur la performance. 

Points clés :

  • Les pilotes MotoGP doivent réaliser des temps au tour suffisamment rapides lors des essais libres afin de pouvoir se qualifier pour la course.
  • Leurs temps au tour lors des essais libres sont utilisés pour déterminer la séance de qualification à laquelle ils participent.
  • Les temps au tour de la Q1 déterminent les positions 13 à l’arrière de la grille, tandis que les temps de la Q2 déterminent les positions 1 à 12.

Article lié : Quel carburant utilise la MotoGP ?

Comment les qualifications MotoGP fonctionnaient-elles dans le passé ?

Avant la modification du règlement en 2013, les qualifications MotoGP se déroulaient en trois séances d’essais libres de 45 minutes, suivies d’une séance de qualification d’une heure, le samedi après-midi. Les temps réalisés par les pilotes lors de la séance de qualification déterminaient leur position sur la grille de départ.

Le format des qualifications en Moto2 et Moto3

Les règles de qualification en MotoGP, comme elles ont été expliquées ci-dessus, sont en vigueur depuis 2013, mais pour le Moto2 et le Moto3, elles ont été introduites en 2019. Les Moto2 et Moto3 utilisaient l’ancien format où une seule séance de 45 minutes pour les Moto2 et une séance de 40 minutes pour les Moto3 déterminaient les positions sur la grille de l’avant à l’arrière en une seule fois.

Cela a été fait dans le but à long terme d’habituer les pilotes à ce format afin qu’ils puissent passer du Moto2 ou du Moto3 au MotoGP le moment venu. Le Moto2 et le Moto3 ont adopté le même format de qualification que le MotoGP avec quelques changements mineurs. Les pilotes Moto2 et Moto3 ont droit à trois séances d’essais libres de 40 minutes chacune qui déterminent leurs temps initiaux.

Différences entre MotoGP, Moto2 et Moto3

Dans toutes les catégories, les temps des pilotes sont comparés à ceux du pilote le plus rapide, avec 105% de leur temps comme point de coupure. Les 14 pilotes les plus rapides des essais libres passent directement en Q2. Les autres pilotes doivent concourir en Q1, et les quatre pilotes les plus rapides en Q1 rejoignent les 14 premiers en Q2. Cela permet de tenir compte des grilles plus larges en Moto2 et Moto3.

La seule autre différence digne d’être mentionnée est que les pilotes qui participent à la fois à la Q1 et à la Q2 se voient attribuer un pneu tendre supplémentaire pour compenser la distance supplémentaire parcourue. En MotoGP, les pilotes qui participent aux Q1 et Q2 reçoivent un pneu tendre supplémentaire pour l’arrière, mais aussi un pneu avant supplémentaire de leur choix. 

Points clés :

  • Le MotoGP a le même format de qualification depuis 2013, et les Moto2 et Moto3 ont adopté des systèmes similaires en 2019.
  • Le Moto2 et le Moto3 ont des grilles plus grandes que le MotoGP, et les critères de qualification sont donc légèrement différents…
  • Cependant, l’essentiel des systèmes reste le même, y compris la règle des 105% et la division des qualifications en deux sessions de 15 minutes

Conclusion 

Les qualifications du MotoGP comportent deux sessions, Q1 et Q2. Elles sont précédées de quatre séances d’essais libres, dont trois sont chronométrées. Pour participer aux qualifications, un pilote doit réaliser un temps situé dans une fourchette de 105% du meilleur temps des essais libres, et il ira en Q1 ou Q2 en fonction de son temps au tour. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *