Les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps (plus des listes par décennie)

Les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps (plus des liste par décennie)
4.6/5 - (176 votes)

La Formule 1 est un sport exaltant rempli de drame et d’action. Il y a parfois des courses qui sont tout simplement inoubliables pour un certain nombre de raisons différentes. Que vous soyez nouveau dans ce sport ou que vous en soyez déjà un fan, cela vaut la peine de jeter un coup d’œil aux meilleures courses de F1 de tous les temps.

Les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps sont :

  • Grand Prix du Brésil 2012
  • Grand Prix d’Australie 1986
  • Grand Prix d’Allemagne 2019
  • Grand Prix du Canada 2011
  • Grand Prix du Brésil 2008
  • Grand Prix de Chine 2011
  • Grand Prix d’Australie 1994
  • Grand Prix de Belgique 1998
  • Grand Prix d’Europe 1999
  • Grand Prix de Hongrie 2006

Choisir les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps a été incroyablement difficile. Cependant, nous vous expliquerons plus en détail ci-dessous pourquoi chacune de ces courses mérite d’être regardée. Nous allons également vous présenter les cinq meilleures courses de chaque décennie depuis les années 1950, afin que vous ayez encore plus de choix !

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

Les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps

1. Grand Prix du Brésil 2012

Décisif pour le championnat | Météo imprévisible | Drame partout | Méga comeback | Excitation pure et simple

S’il y a une course que vous devez regarder du début à la fin, c’est le Grand Prix du Brésil 2012. Lors de la dernière course de la saison, Sebastian Vettel a dû défendre une avance de 13 points sur Fernando Alonso pour remporter le championnat. Cela signifie qu’Alonso devait gagner la course et que Vettel devait terminer cinquième ou moins pour que l’Espagnol remporte son troisième titre de Formule 1.

Vettel a qualifié sa Red Bull en quatrième position tandis qu’Alonso s’est élancé en septième position. Cela nous a donné une scène iconique digne du Rush, avec les deux champions du monde se regardant fixement, assis sur la grille. La pluie est au rendez-vous, mais tous les pilotes partent en pneus slicks. Vettel a pris un mauvais départ, tombant à la septième place.

Au quatrième virage, l’Allemand a fait tourner sa Red Bull et est entré en contact avec Bruno Senna, endommageant gravement la monoplace et le forçant à rentrer aux stands. Pendant ce temps, Felipe Massa a aidé son coéquipier à dépasser Mark Webber, permettant à Alonso de s’échapper en troisième position.

Pariez sur le vainqueur du prochain Grand Prix

Vettel, en dernière position, a été le premier à passer aux stands pour les intermédiaires lorsque la pluie est tombée. L’Allemand a commencé à se frayer un chemin dans le peloton tandis qu’Alonso parvenait à s’assurer la deuxième place à l’avant. À la fin de la course, Vettel a ramené sa Red Bull boiteuse à la sixième place, ce qui lui a permis de remporter le titre devant Alonso qui a terminé deuxième.

Articlie lié : Pourquoi les F1 font des étincelles ?

2. Grand Prix d’Australie 1986

Décisif pour le championnat | Drame partout | Accidents à gogo | Excitation pure et simple

Avant la dernière course de la saison 1986, Alain Prost, Nigel Mansell et Nelson Piquet sont tous dans la lutte pour le championnat du monde. Mansell a pris la pole position pour la course et semble être dans la meilleure position pour remporter le titre.

Cependant, au début de la course, le Britannique est avalé par Piquet, Ayrton Senna et Keke Rosberg. Plusieurs tours après le début de la course, Rosberg prend la tête à Piquet. Cependant, une crevaison le contraint à l’abandon. Piquet reprend la tête de la course, tandis que Mansell est promu en troisième position, avec l’avantage de la troisième place.

Cependant, à seulement 19 tours de la fin de la course, le pneu arrière gauche de Mansell a également lâché, l’envoyant sur le chemin de fuite et hors de la course. Avec Piquet en tête, il avait maintenant l’avantage et était le favori pour remporter le titre. Prost devait terminer devant Piquet pour remporter le titre.

Avec l’usure des pneus clairement élevée et forçant les voitures à abandonner, l’équipe Williams a décidé de faire entrer Piquet pour un arrêt au stand, le laissant 15 secondes derrière Prost. Piquet a foncé et a réduit l’écart à 4,2 secondes sur ses pneus frais, mais ce n’était pas suffisant. Le Français a pris le drapeau à damier pour défendre avec succès son titre. Ce scénario, en fait à nos yeux, une des meilleures courses de F1.

3. Grand Prix d’Allemagne 2019

Météo imprévisible | Crashs à gogo | Podium inattendu | Méga comeback | Grande Course

Le Grand Prix d’Allemagne est connu pour avoir une météo imprévisible, ce qui rend les courses passionnantes. Lewis Hamilton a commencé la course 2019 en pole position avec Max Verstappen à ses côtés. La course a commencé sous des conditions humides. Il est rapidement devenu évident que les pilotes luttaient pour l’adhérence, car les voitures tournaient et glissaient hors de la piste.

Hamilton menait la course jusqu’à ce que la Ferrari de Charles Leclerc finisse échouée dans les graviers, faisant sortir la voiture de sécurité. Derrière la voiture de sécurité, Hamilton a également glissé hors de la piste, endommageant son aile avant dans le dernier secteur. En rentrant aux stands, le Britannique a dû subir un arrêt de 50 secondes. En effet, son équipe n’était pas prête à le faire entrer dans les stands.

Les choses n’ont fait qu’empirer pour Mercedes, car Hamilton a reçu une pénalité de 10 secondes pour être entré dans les stands par l’extérieur de la borne à l’entrée des stands. Cette pénalité l’a empêché de remporter la course, tandis que Max Verstappen sprintait en tête du peloton.

Plus de drame s’ensuivit alors qu’il y avait de plus en plus de crashs et de spins sur toute la piste. Au final, Max Verstappen a remporté la course. De plus, le héros local Sebastian Vettel a pris la deuxième place après être parti en 20e position. Tandis que Daniil Kvyat a pris la dernière place du podium après être parti en 14e position.

4. Grand Prix du Canada 2011

Météo imprévisible | Record battu | Drame partout | Vainqueur improbable

Le Grand Prix du Canada 2011 détient le record de la course la plus longue de l’histoire de la Formule 1, avec plus de quatre heures. La course a démarré sous la voiture de sécurité dans des conditions humides alors que tous les pilotes luttaient pour l’adhérence. Lorsque la course a commencé, le chaos s’est installé car plusieurs pilotes, dont Lewis Hamilton et Mark Webber, se sont écrasés.

L’incident le plus notable a eu lieu entre les coéquipiers de McLaren, Jenson Button et Lewis Hamilton. Hamilton, qui s’était laissé distancer par Button, a tenté un dépassement sur la ligne droite principale, mais les deux hommes sont entrés en collision et Hamilton a été projeté dans le mur. L’incident a entraîné le déploiement d’une autre voiture de sécurité, Hamilton devant se retirer de la course.

L’incident a fait rétrograder Button à la 15e place après qu’il ait changé de pneus pour des pneus intermédiaires et qu’il ait reçu une pénalité. Au 19e tour, la pluie est de retour, obligeant les pilotes à chausser des pneus pluie et provoquant un drapeau rouge pendant plus de deux heures. Après le redémarrage, Button a commencé à se frayer un chemin à travers le peloton pour atteindre la deuxième place.

Dans le dernier tour de la course, l’avance de Sebastian Vettel a été ramenée à un peu moins d’une seconde alors qu’il avait mené toute la course. L’Allemand a fait une erreur dans le sixième virage, il est sorti large et a permis à Button de le dépasser. Button a remporté la course avec un total de six arrêts aux stands et deux collisions.

5. Grand Prix du Brésil 2008

Météo imprévisible | Décisif pour le championnat | Fin de course à suspens | Grandes courses

La dernière course de la saison 2008 est l’affrontement entre Felipe Massa et Lewis Hamilton pour le titre. Hamilton menait le championnat avec sept points d’avance sur Massa. Le Brésilien devait remporter la course et qu’Hamilton devait terminer sixième ou moins pour remporter le titre.

La pluie a commencé à tomber quelques minutes avant le début de la course, retardant la procédure de départ. Lorsque la course a commencé, Massa s’est élancé de la pole position, déterminé à remporter le titre devant son public. Hamilton se tenait en quatrième position, conduisant prudemment car il pensait que cela serait suffisant pour l’aider à remporter le titre.

Après un ravitaillement en pneus secs, Hamilton a chuté dans l’ordre et s’est retrouvé en sixième position derrière Giancarlo Fisichella. Hamilton a finalement réussi à dépasser deux voitures, mais après la prochaine série d’arrêts aux stands, Hamilton s’est retrouvé sous la pression de Sebastian Vettel dans les derniers instants de la course.

À huit tours de l’arrivée, la pluie s’est mise à tomber une fois de plus sur Interlagos, obligeant les pilotes à rentrer dans les stands pour des pneus intermédiaires. Cependant, certains pilotes sont restés en pneus secs, la piste n’étant pas encore assez humide. Avec seulement trois tours à faire, Vettel a dépassé Hamilton dans le dernier virage, envoyant le Britannique à la sixième place et mettant le titre à la portée de Massa.

Victoire d’Hamilton

Mais à deux tours de l’arrivée, la pluie s’est mise à tomber encore plus fort, ce qui signifie que Timo Glock serait en difficulté car il est resté en pneus secs. Dans le dernier virage du dernier tour, Glock a perdu l’adhérence et a commencé à ralentir. Cela a permis à Hamilton de passer et de prendre la cinquième place, scellant le premier championnat du Britannique et devenant l’une des meilleures courses de F1.

6. Grand Prix de Chine 2011

Grande course | Podium improbable | Excitation pure | Méga comeback

Le Grand Prix de Chine 2011 a été une excellente course dans des conditions sèches. Sebastian Vettel s’est élancé de la pole position, mais il a eu un mauvais départ et a été dépassé par Jenson Button et Lewis Hamilton dans les premiers virages. Vettel avait le rythme pour se battre, dépassant finalement Hamilton pour la deuxième place.

Button et Vettel se sont dirigés vers les stands, mais Button s’est bizarrement arrêté à la place de Red Bull au lieu de son box McLaren, ce qui lui a fait perdre sa place au profit de Vettel. Pendant ce temps, l’usure des pneus d’Hamilton l’a fait tomber derrière Felipe Massa. Massa s’arrête, laissant Nico Rosberg en tête de la course (le cinquième leader de la course à ce stade).

La course se poursuit, notamment entre les deux pilotes McLaren. Vettel prend la tête de la course et doit soigner ses pneus durs jusqu’au bout, tandis que les McLaren chaussées de pneus tendres frais commencent à le traquer. Hamilton a dépassé Vettel en tête et a franchi la ligne d’arrivée.

Vettel a conduit sa Red Bull à la deuxième place, et Mark Webber a terminé troisième après avoir commencé la course en 18e position. Dans l’ensemble, cette course a été marquée par d’excellents dépassements et par l’excitation, plusieurs pilotes ayant la possibilité de gagner la course.

7. Grand Prix d’Australie 1994

Décisif pour le championnat | Excitant | Très controversé

Le Grand Prix d’Australie 1994 a été l’une des courses les plus dramatiques de l’histoire du sport automobile. Dernière course de la saison, elle est le théâtre d’un affrontement entre Michael Schumacher et Damon Hill. Les deux pilotant étant séparés par un seul point au classement du championnat.

Michael Schumacher prend la tête de Nigel Mansell au début du Grand Prix. Damon Hill s’élance à la suite de l’Allemand après avoir arraché la deuxième place de sa voiture. Les deux hommes se tiennent en respect jusqu’au 36e tour, lorsque Schumacher commet une erreur dans le virage de l’East Terrace. Après avoir été large, Hill était juste derrière Schumacher et a fait un mouvement à l’intérieur.

Schumacher a défendu sa position, coupant à travers le pilote Williams. La voiture de Schumacher s’est soulevée sur deux roues et a heurté la barrière. De ce fait, il a été contraint à l’abandon sur le champ. Hill se dirige vers les stands mais est contraint d’abandonner la course avec un triangle de suspension cassé, offrant à Schumacher son tout premier championnat du monde.

8. Grand Prix de Belgique 1998

Météo imprévisible |Accidents à gogo | Drames à gogo

Le Grand Prix de Belgique 1998 a à peine commencé que le drame commence. Juste après le premier virage, David Coulthard percute les barrières, envoyant sa voiture sur la trajectoire du reste du peloton. La visibilité des pilotes étant réduite par les embruns, 13 voitures au total sont impliquées dans l’accident.

La course est immédiatement signalée par un drapeau rouge. Lorsque la course redémarre, c’est Mika Hakkinen, dans l’autre McLaren, qui part en tête-à-queue au premier virage, endommageant sa voiture dans le processus. Pendant ce temps, Michael Schumacher s’éloigne dans sa Ferrari et s’installe à la deuxième place. Peu de temps après le départ chaotique, Schumacher a pris la tête de Damon Hill.

Au 24e tour, Schumacher contourne David Coulthard qui se débat en huitième position. Caché par les embruns, Coulthard est percuté par Schumacher, envoyant les deux pilotes hors de la course. Schumacher entre furieusement dans le garage McLaren pour confronter Coulthard et un drame s’ensuit dans la pitlane.

Quelques instants plus tard, un incident similaire se produit avec Giancarlo Fisichella qui percute l’arrière de Shinji Nakano. Au final, Damon Hill remporte la course, Ralf Schumacher termine à la deuxième place et Jean Alesi à la troisième.

9. Grand Prix d’Europe 1999

Crashs à gogo | Drame partout | Météo imprévisible | Grandes courses | Echange de leader fou | Vainqueur improbable

Le Grand Prix d’Europe 1999 est une course passionnante. Le départ est inhabituel : un dysfonctionnement du système d’éclairage provoque le faux départ de plusieurs voitures. Finalement, la course a démarré, mais il y a eu un accident massif dans le premier tour avec une Sauber qui a atterri à l’envers.

Au 17e tour, la pluie s’est mise à tomber, et la piste du Nurburgring, à moitié glissante, a donné lieu à des courses intenses entre plusieurs voitures. Ferrari rentre aux stands, mais il y a un incident dans les stands où l’équipe semble avoir oublié de sortir le pneu arrière droit ! Peu après, Heinz-Harald Frentzen, candidat au championnat, abandonne la course en raison d’un problème mécanique.

David Coulthard, un autre prétendant au championnat, a ensuite chuté, laissant Giancarlo Fisichella en tête de la course. La Benneton de l’Italien a lâché peu après, laissant la tête à Ralf Schumacher. Le désastre frappe alors Schumacher qui crevait dans les derniers tours de la course.

Au final, la course a été remportée par Johnny Herbert dans la Stewart, une équipe qui disputait sa dernière saison dans le sport avant de devenir Jaguar. Jarno Trulli a terminé à la deuxième place et Rubens Barichello à la troisième.

10. Grand Prix de Hongrie 2006

Météo imprévisible | Vainqueur improbable | Grande course | Drame partout

Enfin le Grand prix de Hongrie 2006 vient clore les 10 meilleures courses de F1 de tous les temps. Avant 2006, il n’y avait jamais eu de course sous la pluie au Hungaroring. Au moment où la course 2006 est prête à partir, elle est encore légèrement humide après une averse matinale. Kimi Raikkonen a pris un excellent départ depuis la pole position et a pris la tête du peloton.

Michael Schumacher a eu du mal avec ses pneus Bridgestone et s’est battu avec Giancarlo Fisichella de Renault pendant toute la course, mais il était bien loin du rythme, à un moment donné, le tour était quatre secondes plus lent que Raikkonen. Schumacher et Fernando Alonso sont engagés dans une bataille titanesque pour le championnat, chaque point est donc crucial.

Cependant, un prétendant improbable, Jenson Button, fait preuve d’un excellent rythme et se fraye un chemin dans le peloton dans des conditions météorologiques qu’il adore. Raikkonen est entré en collision avec une Toro Rosso alors qu’il venait de la doubler, ce qui l’a forcé à abandonner la course. Alors que la piste s’assèche, Alonso s’installe sur des pneus slicks, mais un écrou de roue desserré l’envoie dans les barrières et le met hors course.

La fin de course

L’avantage est maintenant entre les mains de Schumacher, mais un Button en charge le dépasse dans le premier virage. Peu de temps après, une panne mécanique contraint Schumacher à l’abandon, laissant les deux prétendants au titre sans aucun point au Hungaroring.

Button franchit la ligne d’arrivée au volant de sa Honda, une équipe qui n’était pas compétitive et qui envisageait à l’époque de quitter le sport. C’est la première victoire de Button en Formule 1, et il est rejoint sur le podium par Pedro De La Rosa et Nick Heidfeld.

Les 5 meilleures courses de F1 des années 1950

1. Grand Prix d’Argentine 1958

Nouvelles règles | Vainqueur improbable

En 1958, de nouvelles règles ont été introduites qui allaient radicalement influencer la façon dont le sport se déroulait. Le Grand Prix d’Argentine est un ajout de dernière minute au calendrier, mais ce n’est pas l’un des suspects habituels qui remporte la course. Stirling Moss a surpassé Ferrari et a remporté l’ouverture de la saison dans sa Cooper Climax.

2. Grand Prix d’Indianapolis 1950

Record battu | Excitation pure

Le Grand Prix d’Indianapolis 1950 est unique pour plusieurs raisons, mais le facteur le plus marquant est le nombre de pilotes impliqués dans cet événement. Un total de 81 pilotes ont participé au Grand Prix, ce qui est le plus grand nombre jamais enregistré en Formule 1. Bien sûr, ils n’étaient pas tous en piste en même temps, mais pour une course de haut niveau, c’est un chiffre énorme !

3. Grand Prix d’Allemagne 1957

Record battu | Décisif pour le championnat

C’est au Grand Prix d’Allemagne 1957, au Nurburgring, que Juan Manuel Fangio a remporté sa toute dernière victoire en course. L’Argentin était une légende du sport, remportant son cinquième championnat du monde en Allemagne avec sa 24e victoire en course. C’est un record qui ne sera pas battu pendant 46 ans, jusqu’en 2003, lorsque Michael Schumacher remporte son 6e titre.

4. Grand Prix d’Allemagne 1951

Un nouveau vainqueur | Du drame partout

Le Nurburgring est une fois de plus à l’honneur car il devient la première victoire en course de la légende italienne Alberto Ascari. Le pilote italien a donné à Ferrari sa deuxième victoire de l’histoire lors de cette course où il a dominé le peloton. Cependant, le reste du peloton a été victime de défaillances mécaniques et d’accidents. En effet, seulement 11 des 23 voitures ont terminé la course.

Article lié : Comment sont transportées les F1 ?

5. Grand Prix d’Italie 1954

L’excitation pure et simple | Courses formidables | Du drame partout

Le Grand Prix d’Italie 1954 aurait pu être le théâtre de la toute première victoire de Stirling Moss. Pendant plusieurs tours, il se bat avec Fangio, échangeant les places à chaque tour. Après le ravitaillement, Moss avait 22 secondes de retard sur Fangio. Il a poussé pour revenir, mais son moteur est mort dans le dernier tour, ce qui l’a poussé à sortir de la voiture et à franchir la ligne d’arrivée en 10ème position.

Les 5 meilleures courses de F1 des années 1960

1. Grand Prix de Grande-Bretagne 1965

Fin de course en forme de clou | Excitation pure

Le Grand Prix de Grande-Bretagne de 1965 a été un véritable suspense. Juste après la mi-course, à 30 tours de l’arrivée, Jim Clark avait une avance considérable de 30 secondes sur Graham Hill, deuxième. Cependant, sa Lotus-Climax a un problème d’huile, ce qui l’oblige à ralentir pour préserver son moteur afin de terminer la course.

Article lié :  Comment devenir journaliste F1 : Le guide complet

Lentement mais sûrement, Hill a commencé à rattraper son compatriote en tête du peloton malgré des problèmes de freins. Au dernier tour, l’écart n’était plus que de cinq secondes, ce qui était encore une avance raisonnable pour Clark. Hill a poussé fort et a réussi à terminer à seulement 100 yards (90 mètres) derrière Clark, volant presque la victoire à la dernière seconde.

2. Grand Prix du Mexique 1964

Décisif pour le championnat | Excitation pure | Record battu

Trois pilotes britanniques abordent la dernière course de la saison 1964 avec une chance de remporter le championnat du monde. Graham Hill est en tête du classement avec 39 points, John Surtees est deuxième avec 34 points, et Jim Clark est troisième avec 30 points. Jim Clark semble être le favori après s’être qualifié en pole position.

Après le départ, Hill prend la troisième place avec Surtees en cinquième position alors que ses chances de titre s’éloignent. Cependant, Hill et Lorenzo Bandini sont entrés en contact, causant de graves dommages à la BRM de Hill, qui a perdu sa puissance. Clark était en excellente position pour remporter le titre, mais alors que sa Lotus franchissait la ligne pour entamer le dernier tour, le moteur s’est arrêté.

Cela laissait John Surtees en troisième position, avec son coéquipier Bandini devant lui. Bandini ralentit pour laisser Surtees passer et terminer deuxième, lui permettant ainsi de remporter le championnat du monde. Il devient le premier et jusqu’à présent le seul pilote à remporter des titres mondiaux sur deux et quatre roues, après être passé de la moto à la F1. Ce déroulement en fait l’une des meilleures courses de F1 des années 1960.

3. Grand Prix de Grande-Bretagne 1969

Grande course – Excitation pure

Le Grand Prix de Grande-Bretagne 1969 se déroule à Silverstone. Jochen Rindt part en pole position. Jackie Stewart s’aligne à ses côtés, le Britannique étant impatient de remporter sa course nationale. Pendant plusieurs tours, les deux leaders ont offert un spectacle incroyable en se dépassant l’un l’autre sur ce circuit étonnant.

Finalement, Rindt a un problème avec son aileron arrière qui endommage son pneu arrière droit. Cela l’oblige à rentrer aux stands pour le faire réparer. Malheureusement, son équipe n’a pas assez alimenté sa voiture en carburant, ce qui l’a contraint à un nouvel arrêt aux stands non programmé. Malgré leur course serrée et leur rythme égal, Rindt a terminé à la quatrième place, un tour entier derrière Stewart.

4. Grand Prix de Belgique 1967

Vainqueur improbable | Excitation pure

Jim Clark était en pole position pour le Grand Prix de Belgique 1967 et il semblait que la victoire serait facile pour le Britannique. En seulement 11 tours, il s’est construit une avance de 20 secondes. Cependant, il a ensuite été contraint à un arrêt aux stands de deux minutes pour changer une bougie. En prenant la tête, Jackie Stewart s’est construit une confortable avance sur Dan Gurney qui a des problèmes de pression de carburant.

Cependant, Stewart a ensuite connu des problèmes de boîte de vitesses, donnant à Gurney une occasion en or. Gurney établit un nouveau record du tour en poursuivant le Britannique et en le dépassant à huit tours de l’arrivée. Gurney a remporté la victoire dans son Eagle, leur première et unique victoire. Gurney est devenu le seul pilote à remporter sa première victoire avec trois constructeurs différents : Porsche, Brabham, et Anglo American Racers.

5. Grand Prix de Monaco 1961

Excitation pure | Vainqueur improbable | Grande course

Le Grand Prix de Monaco 1961 marque le début de la saison. Étonnamment, Stirling Moss prend la pole position dans la Lotus-Climax, une voiture qui a 156 chevaux de moins que les Ferrari. 156 chevaux font une énorme différence lorsque la voiture ne pèse presque rien, alors se qualifier en pole position était déjà un exploit en soi.

Richie Ginther et Jim Clark ont pris les meilleurs départs, dépassant Moss dans le premier virage. Mais Clark a rapidement connu des problèmes avec une pompe à essence défectueuse. Grace à cela, Moss est revenu en tête après avoir dépassé Ginther. Finalement, Moss s’est construit une avance de 10 secondes, mais les Ferrari de Ginther et Phil Hill ont accéléré le rythme et ont commencé à combler l’écart.

Au 60ème tour, l’avance de Moss n’était plus que de trois secondes. Les Ferrari s’échangent les places alors que les deux pilotes tentent de rattraper la Lotus de Moss. Toutefois aucun d’entre eux ne peut réduire l’écart à moins de trois secondes alors que Moss fait tourner les roues de sa voiture. Moss, qui est toujours sous la pression de Ferrari, fait des tours trois secondes plus vite que lors des qualifications, ce qui lui vaut le surnom de « Mr. Motor Racing ». C’est pour toutes ces raison que cela en fait une des meilleures courses de F1.

Article lié : Combien coûte un accident de F1 ? (Les chiffres)

Les 5 meilleures courses de F1 des années 1970

1. Grand Prix d’Italie 1971

Fin de course à suspens | Grande course | Excitation pure | Record battu

Monza est connu comme le temple de la vitesse. Néanmoins à l’époque, le circuit était très différent de sa configuration actuelle. 1971 est la dernière course à Monza où le circuit n’a pas les chicanes qu’il a aujourd’hui. Le virage à forte inclinaison lançait les voitures sur les lignes droites principales, leur permettant d’atteindre des vitesses sans précédent (à l’époque).

Cette course particulière a détenu le record de la plus haute vitesse jamais enregistrée en Formule 1 pendant plus de 30 ans. La vitesse atteinte était de 150 miles par heure (241 kilomètres par heure). Rien de bien impressionnant de nos jours, mais en 1971, c’était sérieusement rapide.

La partie la plus marquante de la course est l’arrivée, qui est considérée comme la plus proche de l’histoire de la Formule 1, avec un écart de seulement 1 centième de seconde. Nous ne saurons jamais si c’était réellement l’arrivée la plus proche car les temps n’étaient mesurés qu’à deux décimales à l’époque. L’autre arrivée la plus proche était de 0,011 seconde au Grand Prix des États-Unis 2002.

Néanmoins, les cinq premières voitures étaient toutes séparées par 0,61 seconde, ce qui est le plus proche que les cinq premiers aient jamais été à l’arrivée. La photo d’arrivée est l’un des moments les plus incroyables de l’histoire de la Formule 1. En effet, cinq pilotes différents avaient une chance de remporter la course à la sortie du dernier virage.

2. Grand Prix de France 1979

Une course formidable | Une excitation sans pareille

Le Grand Prix de France 1979 s’est déroulé à Dijon, et a été le théâtre de l’une des plus grandes batailles de l’histoire du sport. Si la course en elle-même n’a rien de spécial, la bataille entre Gilles Villeneuve sur la Ferrari et René Arnoux sur la Renault est spectaculaire.

Les deux hommes se battent pour la deuxième place, échangeant leurs positions et se dépassant à chaque occasion. Ils se sont battus jusqu’au dernier tour, se cognant même les roues à plusieurs reprises. Finalement, c’est Villeneuve qui a pris la deuxième place, terminant seulement 0.024 secondes devant Arnoux.

3. Grand Prix des États-Unis 1977

Grande course | Décisions du championnat | Excitation totale

Niki Lauda et James Hunt se livrent à une rivalité titanesque en 1977. Cette rivalité éclipse souvent tout ce qui se passe sur la piste. James Hunt doit gagner la course et Lauda ne doit pas terminer plus bas que la quatrième place pour que le Britannique remporte le titre. Hunt s’est qualifié en pole, avec Lauda en septième position.

L’Autrichien sait qu’il a du travail à faire dans la course, mais il n’y a pas moyen de rattraper Hunt qui prend la tête de la course. Ayant besoin de la quatrième place pour remporter le titre, Lauda s’est retrouvé dans une incroyable bataille avec Jody Scheckter. Les deux s’affrontent, Lauda voulant absolument prendre la quatrième place du Grand Prix.

Finalement, la chance de Lauda tourne lorsque la boîte de vitesse de Hans-Joachim Stuck tombe en panne alors qu’il se bat avec James Hunt pour la tête de la course. Cela signifiait que Lauda n’avait plus à risquer sa course en se battant avec Scheckter, et il a navigué jusqu’à la quatrième place, scellant son deuxième championnat du monde.

4. Grand Prix d’Allemagne 1972

Grande course | Fin de course à suspens

Le Nurburgring, également connu sous le nom d’enfer vert, accueille le Grand Prix d’Allemagne en 1972. Le pilote belge Jacky Ickx prend la pole position et mène tous les tours, remportant la victoire. Cependant, la véritable action se déroule derrière la Ferrari. En effet, la principale lutte sur la piste oppose son coéquipier Clay Regazzoni et Jackie Stewart.

Les deux hommes se disputent la deuxième place pendant plusieurs tours, se dépassant l’un l’autre dans une bataille à couper le souffle. Cependant, au dernier tour, les deux hommes entrent en collision, et Stewart est contraint d’abandonner la course. Clay Regazzoni a réussi à récupérer et à terminer la course en deuxième position pour sceller un doublé Ferrari.

5. Grand Prix des Pays-Bas 1975

Météo imprévisible | Vainqueur improbable | Grande course

Le Grand Prix des Pays-Bas 1975 débute dans des conditions humides. Les coéquipiers de Ferrari, Niki Lauda et Clay Regazzoni, s’élancent de la première ligne de la grille. James Hunt, dans sa Hesketh sans sponsor, est le premier pilote à s’arrêter pour chausser des pneus slicks alors que la piste commence à sécher.

Niki Lauda lance attaque après attaque contre le pilote britannique dans sa Hesketh, mais c’est finalement Hunt qui remporte son tout premier Grand Prix. C’est la première et unique victoire de la petite équipe d’Easton Neston, et c’est le début de l’incroyable héritage de Hunt en Formule 1.

Article lié : Combien de moteur en F1 par saison ?

Les 5 meilleures courses de F1 des années 1980

1. Grand Prix d’Australie 1986

Décisif pour le championnat | Drame partout | Accidents à profusion | Excitation totale

Le Grand Prix d’Australie de 1986 est le Décisif pour le Championnat qui offre à Alain Prost le Championnat du Monde. L’usure importante des pneus est une préoccupation majeure pour Nigel Mansell, candidat au championnat, qui est victime d’une crevaison. Son coéquipier de l’écurie Williams est entré dans les stands pour changer ses pneus dans les derniers tours, ce qui a donné à Prost l’avance qui lui a permis de remporter le championnat du monde 1986.

2. Grand Prix du Japon 1989

Controverse dramatique | Décisif pour le championnat | Excitation pure | Course formidable

Ayrton Senna et Alain Prost n’étaient pas de bons coéquipiers. Les deux hommes se sont affrontés à plusieurs reprises au cours de leur séjour sur la piste. Toutefois l’affrontement le plus controversé a eu lieu lors du Grand Prix du Japon 1989. C’était la course qui allait finalement décider qui serait couronné champion de la saison 1989 de Formule 1.

Senna a qualifié sa McLaren en pole position, avec son coéquipier Prost aligné à ses côtés. Prost a pris la tête au premier virage et a commencé à construire un écart de six secondes sur Senna. Après un rapide arrêt au stand pour des pneus neufs et un changement de configuration, Senna avait le dessus en termes de rythme. Il est parti à la poursuite de Prost alors que les deux Ferrari se retiraient de la course.

Avec les voitures rouges écarlates hors course, McLaren n’avait pas d’autre concurrence qu’eux-mêmes. Ils étaient en train de faire un doublé. Au 47e tour, Senna avait comblé l’écart avec la 130R et s’alignait pour une attaque dans la chicane lente. Senna a fait le mouvement, mais aucun des deux pilotes n’était prêt à abandonner la lutte, et les deux sont entrés en collision.

Le dénouement

Les roues des voitures se sont bloquées, et leurs moteurs ont calé. Cela a poussé Prost à sortir de sa voiture et à se retirer de la course. Cependant, Senna a obtenu des maréchaux qu’ils poussent sa voiture, ce qui lui a permis de redémarrer le moteur et de se rendre dans les stands pour des réparations. Senna a remporté la course mais a été disqualifié plus tard pour avoir coupé la chicane après sa collision, donnant le titre à Prost. Ce scénario en fait l’une des meilleures courses de F1 des années 1980.

3. Grand Prix de Monaco 1982

Météo imprévisible | Vainqueur improbable | Méga come-back | Fin de course à suspens

René Arnoux a qualifié sa Renault en pole position pour le Grand Prix de Monaco. Il a mené la course pendant 15 tours jusqu’à ce qu’il fasse un tête-à-queue à la chicane de la Piscine. Cette erreur a permis à son coéquipier Alain Prost de récupérer la tête de la course. Prost garde la tête confortablement pendant la majorité de la course. Cependant, dans les dernières boucles, la pluie commence à tomber.

Au 74ème tour, avec seulement deux tours à faire, Prost s’écrase dans les barrières. Ricardo Patrese prend la tête dans ce qui semble être une victoire assurée, jusqu’à ce qu’il fasse un tête-à-queue et cale sa Brabham à l’épingle à cheveux au 75e tour sur 76. Didier Pironi prend la tête, mais son moteur s’éteint dans le dernier tour et il s’arrête dans le tunnel.

Andrea De Cesaris était le suivant à hériter de la tête. Néanmoins, il a également eu des problèmes avec son moteur. Ce problème le contraint a abandonné dans le dernier tour. Le coureur suivant, Derek Daly, avait chuté et endommagé sa boîte de vitesse, ce qui l’a contraint à l’abandon avant même d’avoir pu entamer le dernier tour de la course.

Dans ce chaos, Ricardo Patrese réussit à démarrer sa voiture par à-coups et à franchir la ligne d’arrivée. C’est sa toute première victoire en Formule 1. Pironi est classé deuxième et Derek Daly troisième.

4. Grand Prix de Grande-Bretagne 1987

Grande course | Excitation pure | Héros local

Nigel Mansell a placé sa Williams en pole pour sa course nationale à Silverstone. Mais au début de la course, c’est Alain Prost qui a lancé sa voiture de la quatrième à la tête de la course. Mais cela n’a pas duré longtemps car Nelson Piquet l’a dépassé à Maggots, et Mansell a suivi son coéquipier peu après.

Avec les deux Williams en tête du peloton, la lutte était engagée pour le Grand Prix de Grande-Bretagne. Mansell était désespéré de gagner sa course à domicile, faisant un arrêt au stand non programmé à 28 tours de l’arrivée. Le Britannique se retrouve 29 secondes derrière Piquet. Avec de la gomme fraîche, il est sur le point de conduire la course la plus mémorable de sa carrière.

Mansell fonce, battant le record du tour huit fois dans les 20 derniers tours pour essayer de rattraper son coéquipier en tête du peloton. Au 62ème tour, Mansell était juste derrière son coéquipier, et il l’a dépassé au 63ème tour sur 65.

Après avoir franchi la ligne d’arrivée, la voiture de Mansell a ralenti sur le circuit. Il a été révélé par la suite qu’il avait mis le moteur sous une telle pression qu’il a complètement lâché.

5. Grand Prix de Monaco 1984

Météo imprévisible | Podium improbable | Drame partout | Excitation pure | Accidents à profusion

Le départ de la course de Monaco 1984 a été retardé de 45 minutes en raison de fortes pluies. Alain Prost mène la course depuis la pole position, mais presque immédiatement, il y a des accidents avec René Arnoux, Derek Warwick et Patrick Tambay.

Au neuvième tour, Nigel Mansell dépasse Prost et prend la tête de la course. Mansell est plus rapide de deux secondes par tour que Prost. Cependant, six tours plus tard, le Britannique fait une sortie de piste à Casino Square, le contraignant à l’abandon en raison de graves dommages à sa voiture.

D’autres accidents ont suivi, et Prost a fait signe aux maréchaux d’utiliser le drapeau rouge. Mais un pilote en particulier brille sous la pluie. La recrue Ayrton Senna a commencé la course en 13e position dans une Toleman peu compétitive. Néanmoins, il était en deuxième position dans sa toute première course de rue de Formule 1.

Au 32e tour, le drapeau rouge a été déployé et la course a été arrêtée alors que seulement neuf des 20 voitures avaient terminé la course et qu’une autre avait été disqualifiée pour avoir dépassé la limite de poids. Ayrton Senna avait fait ses preuves dans ce qui allait devenir l’une de ses courses les plus célèbres en Formule 1.

Les 5 meilleures courses de F1 des années 1990

1. Grand Prix d’Australie 1994

Décisif pour le championnat | Excitation pure | Controverse dramatique

Le Grand Prix d’Australie est la course décisive pour le titre entre Michael Schumacher et Damon Hill pour la saison 1994. Schumacher menait la course jusqu’au 36ème tour lorsqu’il a commis une erreur et est sorti large. Hill tente de le dépasser au virage suivant, mais les deux hommes entrent en collision. Cette collision met fin à leurs courses respectives et permet à Schumacher de remporter son premier titre.

2. Grand Prix de Belgique 1998

Météo imprévisible – Accidents à gogo – Drames en tous genres

Le Grand Prix de Belgique 1998 a vu le plus gros accident de l’histoire de la Formule 1. Il a comptabilisé 13 voitures sorties juste après le premier virage. Le drame ne s’arrête pas là, puisque Michael Schumacher percute David Coulthard, le forçant à abandonner la tête de la course. Dans les stands, Schumacher se précipite furieusement vers le garage McLaren pour confronter Coulthard.

3. Grand Prix d’Europe 1999

Accidents à profusion | drames partout | météo imprévisible | courses formidables | échange de leaders | vainqueur improbable

Le Grand Prix d’Europe 1998 a été un thriller du début à la fin. Voici pourquoi il apparait dans les meilleures courses de F1. Des accidents au début de la course à la pluie tombant à mi-parcours, nous avons vu les deux prétendants au titre abandonner le Grand Prix. La lutte pour la victoire a également été intéressante. En effet, plusieurs voitures ont abandonné en tête de la course en raison de défaillances mécaniques. Cela a laissé Johnny Herbert remporter la victoire pour Stewart.

4. Grand Prix d’Europe 1993

Météo imprévisible | Course fantastique | Excitation totale

Le Grand Prix d’Europe 1993 à Donington Park débute sous la pluie. Senna a montré sa classe en dépassant quatre voitures pour passer de la cinquième place à la tête de la course en un demi-tour. À partir de là, le Brésilien a tout simplement dominé la compétition. Il a montré au monde entier pourquoi il est une légende du sport.

La course est passée du mouillé au sec, provoquant une confusion générale et des intrigues stratégiques dans tout le peloton. Peu après que tout le monde se soit rangé pour les pneus secs, il a commencé à pleuvoir à nouveau, mais Senna est resté sur ses pneus secs. Cela s’est avéré être la bonne décision car la piste a lentement séché une fois de plus et Senna avait des kilomètres d’avance sur le peloton.

Alors que l’ensemble des voitures luttait pour l’adhérence dans les conditions météorologiques changeantes, Senna volait, remportant la course et doublant toutes les voitures sauf une sur le chemin de la victoire. Damon Hill termine à la deuxième place, à 1 minute et 23 secondes de Senna. A savoir, le tour complet était de 1:24.467 lors des qualifications. Alain Prost termine en troisième position, à un tour du vainqueur de la course.

Article lié :  Comment sont transportées les F1 ?

5. Grand Prix de Monaco 1996

Météo imprévisible | Accidents à gogo | Vainqueur improbable

Alors que les pilotes participent à leur échauffement, une forte pluie s’abat sur le circuit de Monaco. Un temps supplémentaire a été accordé afin que les pilotes puissent s’habituer aux conditions. Cependant, plusieurs pilotes ont fini par s’écraser pendant le warm up, laissant un pilote, Andrea Montermini, dans l’incapacité de participer à la course.

Michael Schumacher a démarré la course depuis la pole position, mais a été rapidement dépassé par Damon Hill. Jos Verstappen a commencé la course en pneus slick mais a glissé dans le mur. Ensuite, les deux Minardis se sont retrouvées au premier virage et Schumacher a percuté le mur à Mirabeau. Rubens Barichello a également fait un tête-à-queue à la Rascasse, laissant seulement 13 voitures restantes après cinq tours.

Gerhard Berger abandonne alors avec une panne de boîte de vitesses, et au 31e tour, Martin Brundle part lui aussi à la faute. Alors que la piste commence à sécher, Hill passe aux stands pour chausser des pneus slick, et il parvient à reprendre la tête un tour plus tard, ce qui montre à quel point les pneus secs sont plus rapides. Cependant, Hill a subi une panne de moteur peu de temps après.

Jean Alesi a mené le Grand Prix pendant 20 tours avant qu’un problème de suspension ne le contraigne à l’abandon, laissant Olivier Panis en tête. Deux autres voitures entrent en collision et se retirent de la course, il n’en reste que sept. La course est écourtée car elle a atteint la limite des deux heures après le chaos qui règne sur la piste, laissant à Panis sa seule et unique victoire en Formule 1.

Article lié : Le DRS en F1 : explications

Les 5 meilleures courses de F1 des années 2000

1. Grand Prix du Brésil 2008

Météo imprévisible | Décisif pour le championnat | Fin de course à suspens | Course exceptionnelle

Le Grand Prix du Brésil 2008 a été le décisif pour le championnat entre Lewis Hamilton et Felipe Massa. La course a été marquée par des conditions météorologiques changeantes, laissant certaines voitures sur de mauvais pneus et beaucoup plus lentes que d’autres. Hamilton a dépassé Glock dans le dernier virage du dernier tour pour remporter son premier championnat du monde.

2. Grand Prix de Hongrie 2006

Météo imprévisible | Vainqueur improbable | Grande course | Drame partout

Michael Schumacher et Fernando Alonso sont engagés dans une lutte titanesque pour le titre, mais le Hungaroring humide a d’autres idées et les deux pilotes abandonnent. Jenson Button a réussi à s’adapter aux conditions météorologiques changeantes alors que d’autres pilotes ont été surpris. Button a propulsé sa Honda vers sa toute première victoire en Formule 1.

3. Grand Prix du Brésil 2003

Météo imprévisible | Course fantastique | Accidents à gogo | Vainqueur imprévisible

Le Grand Prix du Brésil 2003 démarre derrière la voiture de sécurité car la piste inondée s’avère trop dangereuse pour que la course puisse démarrer. Lorsque la piste s’assèche et que la course reprend au huitième tour, Rubens Barrichello est dépassé par David Coulthard pour prendre la tête de la course au premier virage.

Kimi Raikkonen et Juan Pablo Montoya ont dépassé le héros local au 10e tour. Un tour plus tard, les deux pilotes dépassent Coulthard, et Raikkonen s’envole en tête de la course. Rubens Barrichello continue de descendre dans le classement, dépassé par Mark Webber et son coéquipier Michael Schumacher. Le reste du peloton se bat avec de grandes manœuvres de dépassement sur toute la piste.

Raikkonen a augmenté son avance à 14 secondes avant que Montoya ne subisse une perte de pression du pneu arrière, et qu’il commence à descendre dans l’ordre. L’ensemble du circuit est sec, à l’exception d’une rivière qui coule dans le troisième virage. Coulthard rattrape son coéquipier en tête avant qu’un accident au premier virage ne fasse sortir la voiture de sécurité.

Le jet d’eau a surpris plusieurs pilotes, provoquant des accidents pour plusieurs voitures. La pluie a continué à tomber, provoquant encore plus de chaos sur la piste. Webber a chuté sur la ligne droite principale, ramassant Fernando Alonso au passage, ce qui a déclenché le drapeau rouge et la fin de la course. Raikkonen monte sur la première marche du podium, mais Giancarlo Fisichella est déclaré vainqueur en raison d’une erreur de chronométrage. C’est sans nul doute une des meilleures courses de F1 de tout les temps.

4. Grand Prix du Japon 2005

Grande course | Excitation pure | Méga comeback

Ralf Schumacher s’est élancé de la pole position lors de la course japonaise de 2005, mais l’attention se concentre sur la lutte pour le championnat entre Fernando Alonso et Kimi Raikkonen, partis respectivement 16e et 17e. Il s’agissait d’une course de contrôle des dégâts pour les deux pilotes, car marquer des points était crucial dans leur lutte pour le titre.

Alonso a pris un super départ et a réussi à sortir sa voiture du chaos du premier virage pour se hisser au septième rang à la fin du premier tour. Juan Pablo Montoya s’est écrasé sur la ligne droite des stands, faisant sortir la voiture de sécurité. Lorsque la course reprend, Ralf Schumacher entre dans les stands pour le premier de ses trois arrêts, ce qui l’empêche de se battre contre Giancarlo Fisichella pour la victoire.

Alonso, Schumacher, et Raikkonen se sont battus pendant plusieurs tours avec une action incroyable autour de Suzuka. Raikkonen a pris de l’avance sur les deux autres et a filé avant de faire son dernier arrêt aux stands au 45e tour. En sortant des stands, Raikkonen était sur le point de profiter de la meilleure conduite de sa vie.

Alonso a pris la troisième place à Mark Webber Raikkonen, en deuxième position, était à la poursuite de son coéquipier Fisichella. Dans le dernier tour, Raikkonen a dépassé l’Italien au premier virage. Ainsi il a remporté sa septième victoire de la saison grâce à une incroyable remontée depuis la 17e place sur la grille.

5. Grand Prix de Belgique 2008

Météo imprévisible | Grande course | Controverse dramatique

La surface de la piste de Spa-Francorchamps est encore humide après la pluie du matin, mais tous les pilotes prennent le départ de la course avec des pneus secs. Au deuxième tour, Lewis Hamilton, détenteur de la pole, a fait un tête-à-queue à La Source, donnant la tête de la course à Kimi Raikkonen. Les deux pilotes rentrent aux stands juste après le 10e tour de la course, Raikkonen parvenant à conserver son avance.

Après une autre série d’arrêts aux stands à la moitié de la course, Raikkonen a augmenté son avance, mais Hamilton a lentement réduit l’écart. Au tour 41 sur 44, une forte pluie a commencé à tomber autour de Spa. Avec un tour aussi long, il est difficile de rentrer aux stands pour des pneus mouillés sans échouer sa voiture ou finir dans les barrières, et les deux leaders ont obstinément refusé de rentrer aux stands.

Hamilton et Raikkonen se sont battus pour la tête, chacun dépassant l’autre et profitant des opportunités lorsque l’autre faisait une erreur. Nico Rosberg a fait un tête-à-queue mais est revenu juste devant les leaders, obligeant Hamilton à faire une manœuvre d’évitement sur l’herbe. Raikkonen a finalement perdu le contrôle de sa voiture et s’est écrasé contre les barrières à Blanchimont.

Hamilton a été le premier à franchir la ligne. Néanmoins, il y a eu du drame après la fin de la course. Hamilton a reçu une pénalité de 25 secondes pour avoir coupé la chicane Bus Stop et pris l’avantage, laissant Felipe Massa vainqueur du Grand Prix de Belgique 2008.

Article lié : C’est quoi un pilote payant en F1 ?

Les 5 meilleures courses de F1 des années 2010

1. Grand Prix du Brésil 2012

Décisif pour le championnat | Météo imprévisible | Drame partout | Méga comeback | Excitation pure et simple

Le Grand Prix du Brésil 2012 était la dernière course de la saison et la finale du championnat entre Sebastian Vettel et Fernando Alonso. La pluie s’est mise de la partie et Vettel a été pris dans un tête-à-queue et un accident au départ. Avec une voiture endommagée, Vettel a fait une excellente course de récupération pour terminer à la sixième place, ce qui était suffisant pour lui permettre de défendre son titre.

2. Grand Prix d’Allemagne 2019

Météo imprévisible | Crashs à gogo | Podium inattendu | Méga comeback | Grande Course

Le Grand Prix d’Allemagne 2019 a été passionnant du début à la fin. Les conditions météorologiques changeantes ont pris plusieurs pilotes au dépourvu, y compris l’équipe dominante Mercedes. Finalement, c’est Max Verstappen qui a remporté la course. Sebastian Vettel terminant à la deuxième place après être parti en 20e position. Daniil Kvyat prenant la troisième place après être parti en 14e position.

3. Grand Prix du Canada 2011

Météo imprévisible | Record battu | Drame partout | Vainqueur improbable

Officiellement enregistrée comme la plus longue course de l’histoire, le Grand Prix du Canada 2011 a connu plusieurs heures de retard en raison des mauvaises conditions météorologiques.  Après six arrêts aux stands et deux collisions, Jenson Button a remporté une victoire éclatante en dépassant Sebastian Vettel dans le dernier tour. L’ensemble de la course a duré un peu plus de quatre heures.

4. Grand Prix de Chine 2011

Grande course | Podium improbable | Excitation totale

Le Grand Prix de Chine 2011 a donné lieu à l’une des meilleures courses de F1 que nous ayons vues dans la Formule 1 moderne. Cinq leaders différents se sont affrontés dans une bataille stratégique pour atteindre la ligne d’arrivée en premier. C’est Lewis Hamilton qui a remporté la course, Sebastian Vettel terminant deuxième et Mark Webber troisième après être parti en 18e position.

5. Grand Prix d’Abu Dhabi 2016

Décisif pour le championnat | Intrigue stratégique | Excitation pure et simple

Nico Rosberg était l’un des coéquipiers les plus forts qu’Hamilton ait jamais eu, et il a donné au Britannique une course pour son argent en 2016. Lors de la dernière course de la saison, l’un ou l’autre des pilotes Mercedes aurait pu remporter le championnat. Rosberg s’était battu avec acharnement toute la saison, plusieurs incidents et collisions ayant eu lieu entre les coéquipiers.

Il n’y a pas eu beaucoup de dépassements lors de cette course. Toutefois, la bataille psychologique entre ces deux grands pilotes est ce qui rend cette course mémorable. Hamilton était en tête, essayant de ralentir Rosberg et de forcer le reste du peloton à le rattraper et à le dépasser. La seule façon pour lui de s’assurer le titre était que Rosberg termine quatrième ou moins.

Malgré les ordres de son équipe, Hamilton a gardé son rythme de croisière. Le tracé du circuit rendait difficile pour Rosberg de dépasser Hamilton. Le Britannique pouvait donc continuer à baisser son rythme en toute sécurité pour permettre au reste du peloton, notamment Sebastian Vettel et Max Verstappen, de les rattraper.

À la fin de la course, Vettel et Verstappen étaient juste derrière Rosberg. Rosberg a défendu avec succès leurs attaques et a réussi à conserver la deuxième place et à assurer son titre. À peine une semaine plus tard, il a annoncé sa retraite du sport et s’est ouvert sur la façon dont il était mentalement épuisant de se battre avec Hamilton au cours d’une saison.

Article lié : Quel âge ont les pilotes de F1 ?

Les 5 meilleures courses de F1 des années 2020 (jusqu’à présent)

1. Grand Prix de Russie 2021

Météo imprévisible | Intrigue stratégique | Excitation pure et simple

Voici l’une des meilleures courses de F1 des années 2020. Lewis Hamilton et Max Verstappen étaient engagés dans une lutte pour le championnat, et chaque point comptait. Verstappen a reçu une pénalité de grille pour le Grand Prix de Russie, alors Hamilton savait qu’il devait en tirer le meilleur parti. Pour la première fois en neuf ans, McLaren a réussi à obtenir la pole position grâce à Lando Norris.

Carlos Sainz a volé la tête à Norris au début de la course, et le reste du peloton s’est battu pour les positions. Hamilton et Verstappen ont commencé à se frayer un chemin dans le peloton, les deux pilotes ayant souffert des conditions imprévisibles des qualifications. Norris a finalement récupéré son avance et, avec Hamilton, a construit un écart de 50 secondes sur le reste du peloton.

Cependant, au 48e tour, la pluie s’est mise à tomber. Au début, la pluie était légère, et à cinq tours de l’arrivée, les pilotes de tête étaient opposés à l’idée de rentrer aux stands pour des intermédiaires. Finalement, Mercedes a réussi à faire rentrer Hamilton au moment où la pluie a commencé à tomber plus fort.

Hamilton est sorti des stands avec 25 secondes de retard sur Norris, mais au 51e tour, il n’était plus qu’à deux secondes, alors que Norris avait du mal avec ses pneus slick. Norris a fait de l’aquaplaning au cinquième virage, laissant Hamilton libre de toute contestation et remportant sa 100e victoire en carrière. Ce dénouement en fait l’une des meilleures courses de F1 de tout les temps.

2. Grand Prix de Turquie 2020

Météo imprévisible | Excitation pure | Décisif pour le championnat | Record battu | Course exceptionnelle

Avant le Grand Prix de Turquie 2020, seuls Lewis Hamilton et Valtteri Bottas restent en lice pour le championnat du monde. Hamilton a 85 points d’avance sur son coéquipier au classement. Cela signifie que si Bottas termine plus bas que sixième, le championnat ira à Hamilton.

Dans une qualification inattendue, Lance Stroll a pris la pole position pour Racing Point. Stroll est resté en tête alors que les autres pilotes luttaient pour maintenir leur voiture sur la piste humide. Plusieurs pilotes se dépassent et se battent pour leur position, ce qui rend la course excitante tout autour du circuit.

Hamilton a également eu un moment où il a glissé hors de la piste, mais il a réussi à continuer. Stroll a mené la course jusqu’au 36e tour, lorsqu’il a fait un arrêt pour des pneus intermédiaires neufs, permettant à Sergio Perez de prendre la tête de la course, mais il a rapidement été dépassé par Hamilton.

A partir de là, Hamilton s’est éloigné dans la distance. Il a soigneusement géré l’usure de ses pneus, mais avait usé la plupart de la bande de roulement de ses pneus intermédiaires à la fin de la course. Il remporte la course et décroche son septième championnat du monde, égalant ainsi Michael Schumacher pour le record du plus grand nombre de titres mondiaux dans l’histoire du sport.

3. Grand Prix de Sakhir 2020

Vainqueur imprévisible | Grande course | Excitation pure | Méga comeback | Podium inattendu

George Russell a eu l’occasion unique de remplacer Lewis Hamilton dans la voiture Mercedes la plus dominante de tous les temps, puisque le Britannique était absent pour cause de Covid-19. Russell était désireux de faire une impression sur sa future équipe, et il s’est qualifié en deuxième position, juste derrière Valtteri Bottas.

Russell a saisi sa chance au départ et a sprinté en tête de la course au premier virage. La bataille pour la troisième place se réchauffait jusqu’à ce que Charles Leclerc entre en collision avec Sergio Perez, déclenchant la voiture de sécurité et provoquant l’abandon de Leclerc et Max Verstappen. Perez a rejoint le terrain à l’arrière du peloton.

Plusieurs autres incidents ont eu lieu qui ont fait sortir des voitures de sécurité virtuelles, mais au 63e tour, Mercedes a fait rentrer les deux pilotes pour un changement de pneus. L’équipe a monté illégalement les pneus de Bottas sur la voiture de Russell, ce qui signifie qu’il a dû faire un autre arrêt aux stands pour corriger l’erreur. Il a également été victime d’une crevaison au 78e tour, ce qui l’a contraint à un nouvel arrêt aux stands. Cela a fini par lui coûter la victoire au Grand Prix de Sakhir.

Au final, c’est Sergio Perez qui a remporté le Grand Prix après avoir occupé la 20ème place au départ de la course. Esteban Ocon a terminé en deuxième position, et Lance Stroll a obtenu la dernière place sur le podium dans ce qui était une fin inattendue du Grand Prix.

4. Grand Prix de Grande-Bretagne 2022

Grande course | Excitation pure | Intrigue stratégique

Carlos Sainz a décroché la première pole position de son histoire lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2022. Mais ce fut de courte durée, car Max Verstappen lui a arraché la tête de la course dès le début de celle-ci. La course a été signalée par un drapeau rouge presque immédiatement en raison de l’accident massif de Zhou Guanyu sur la ligne droite des stands juste au début de la course.

La course a redémarré en fonction de l’ordre de la grille, et cette fois, Sainz est resté en tête. Cependant, Verstappen l’a dépassé après quelques tours. Verstappen a roulé sur des débris plus tard, ce qui a endommagé le plancher de sa voiture et causé une perte massive de rythme.

Au 39e tour, la voiture de sécurité est sortie, permettant à tout le monde de rentrer aux stands. Charles Leclerc étant l’un des rares à choisir de ne pas rentrer aux stands. Leclerc mène au restart, mais il est rapidement avalé par les pilotes derrière lui qui sont beaucoup plus rapides avec des pneus neufs.

Les pneus neufs en fin de course ont provoqué un sprint effréné jusqu’à la ligne d’arrivée. Sainz a finalement remporté son tout premier Grand Prix et est devenu le deuxième Espagnol à gagner une course de Formule 1. Sergio Perez a terminé deuxième, tandis que Lewis Hamilton a terminé troisième.

5. Grand Prix d’Italie 2021

Vainqueur inattendu | Intrigue stratégique | Controverse dramatique

Le Grand Prix d’Italie 2021 à Monza était un week-end de course Sprint. Cela signifie que la grille a été établie par les résultats de la course Sprint qui a eu lieu le samedi. Daniel Ricciardo a saisi l’opportunité au départ pour prendre la tête à Max Verstappen après être parti en troisième position. Lewis Hamilton a dépassé Lando Norris pour la troisième place.

Pendant 21 tours, Ricciardo a réussi à tenir Verstappen à distance avant de rentrer aux stands. Verstappen est passé au stand au tour suivant. Mais un long arrêt au stand de 11 secondes lui a fait perdre beaucoup de temps. Ainsi, il est sorti des stands juste à côté de son rival pour le titre, Lewis Hamilton. Les deux hommes sont entrés en collision dans le premier virage, la Red Bull de Verstappen finissant sur la Mercedes.

Lando Norris a alors été promu à la deuxième place, et la voiture de sécurité est sortie permettant à plusieurs pilotes de rentrer au stand pour des pneus neufs. Riccardo a tenu à distance le reste du peloton et a foncé vers la victoire. C’était la première victoire de l’Australien depuis Monaco en 2018, et c’était la première victoire de McLaren depuis le Grand Prix du Brésil 2012. Ainsi, le Grand Prix d’Italie 2021 vient clore les 5 meilleures courses de F1 des années 2020.

Article lié : La voiture de sécurité en F1 : Le fonctionnement

Conclusion

Il y a eu plus de 70 ans de courses de F1 pour les fans à apprécier, et il y en a eu quelques-unes qui se démarquent vraiment des autres. Néanmoins, Il est difficile de déterminer les meilleures courses de Formule 1 de tous les temps. En effet, il y a eu tellement d’excellentes batailles au fil des ans. Il ne fait aucun doute qu’il y aura encore beaucoup de courses incroyables à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *